Projet de médiation animaleAux Etats-Unis, on parle de « zoothérapie ». En France, on utilise le terme ‘médiation animale’. Adaptée à tout public, elle permet de maintenir ou favoriser le bien-être physique et psychologique. Cette activité est exercée par un professionnel diplômé en relation humaine et spécialisé dans la médiation animale. L’animal favorise le lien, la relation à l’autre.

C’est un médiateur qui cherche l’interaction. Il va vers l’autre sans jugement, sans intention, sans communication verbale. Il est spontané, stimule, éveille, réconforte de manière naturelle. Il permet le partage et une relation authentique. L’animal assure un rôle de catalyseur social et procure de l’apaisement. Pour nos enfants cette activité est un important apport pour favoriser la cicatrisation des blessures de l'abandon.

Début de l’année 2019, une grande fête au village d’enfants :

Un succès retentissant grâce au soutiende la Confédération Suisse qui finance l'équipement de notre centre de physiothérapie. Nos trois physiothérapeutes s'ouvriront pour s'adresser à raison de 20 % à la population et recevront ainsi les enfants avec un handicap des villagesenvironnants. Une magnifique collaboration et une intégration de notre action en faveur de ceux, à qui la chance a tourné le dos avant - même qu'ils viennent au monde.

La meilleurecertification et le plus grand label de qualité est cette reconnaissance de la Confédération Helvétique. Nous en sommes tous très fiers.

Le fondateur et président
Hansjörg Huber et les 100 premiers enfants de l'Atlas du village « Dar Bouidar »

Schweiz

Concernant l’octroi d’une contribution au projet ou aux activités :
Centre de Physiothérapie
Proposition du crédit no. 7F-07767.04.13
Contrat n° 81057825

 

 

Ambassade de Suisse
Square de Berkane, 10020 Rabat - Maroc
Tél. +212 5 37 26 80 55
Fax +212 5 37 26 80 40
Lync +41 58 462 30 76
www.eda.admin.ch/rabat
https://web.facebook.com/AmbassadeSuisseRabat/

En septembre 2018, notre école primaire a ouvert ses portes sous la direction de Dr. Aziz Ouahrouch.

Quatre professeurs enseignent l’arabe et le français à nos élèves de la 1ère à la 6ème classe. Des cours d’anglais sont également proposés.

« Nos enfants doivent pouvoir devenir des citoyens à part entière. C’est pourquoi une excellente éducation est essentielle, explique Hansjörg Huber, fondateur du village d’enfants. L’organisation La Fabrique des Écoles a financé l’achèvement du gros œuvre, ce dont nous sommes très reconnaissants ».

Souhaitez-vous soutenir notre école ? Alors n’hésitez pas à nous écrire : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Défilé de modeLes mannequins planaient comme des elfes sur le podium du jardin de l’hôtel Royal Mansour de Marrakech. Haute Couture dans une ambiance onirique, présentée par « Oriental Fahion Show », sous la direction de Hind Joudar.

Les nombreux invités ont également profité d’un excellent menu élaboré par Yannick Alleno.

La vente aux enchères d’œuvres de l’artiste de renommée internationale Mahi Binebine a été un autre temps fort.

Les recettes des deux soirées de gala des 21 et 22 septembre ont bien sûr été versées à notre village d’enfants ! Nous tenons à remercier les co-organisateurs et tous ceux qui ont fait de ces soirées une expérience inoubliable.

Mais un défilé de mode dans un hôtel royal et un village d’enfants, est-ce vraiment compatible ? Hansjörg Huber, fondateur de notre village d’enfants :

« De belles femmes marchent sur le podium. Elles baignent dans un soleil et une lumière qui ne laissent aucune place à l’ombre. Nous avons également choisi un lieu royal pour l’événement, le plus beau palais du monde ! Un rêve auquel nous voulons que nos enfants puissent participer.

Des soirées comme celle-ci nous donnent des ailes. Ensemble, nous allons unir nos forces et changer nos façons de penser. L’espoir ne doit pas mourir. Nous faisons tout pour que nos enfants reçoivent la même affection que les autres enfants partout dans le monde ».

06 avril 2018

Imaginez un couple qui décide d’investir environ 90 000 euros, construit deux maisons dans notre village d’enfants, leur donne le nom de leurs filles biologiques et promet de subvenir entièrement aux besoins des nouveaux résidents jusqu’à l’âge de 18 ans. Impossible ? Pourtant, c’est exactement ce qui s’est passé. Le sort de nos enfants « abandonnés » était si cher au cœur de ce généreux couple, qui a souhaité garder l’anonymat, qu’ils ont spontanément décidé de terminer les maisons n° 8 et 9 et de soutenir les 18 nouveaux résidents, dont de nombreux bébés, jusqu’à leur majorité. Ils ont donné aux deux maisons le nom de leurs enfants biologiques, « Aicha » et « Loudia », et ont formulé la promesse suivante : « Nous considérons les enfants qui vont maintenant emménager ici comme les demi-frères et demi-sœurs de nos filles ».

Un moment fort dans la jeune histoire de notre village !

Aimeriez-vous, dans la mesure de vos possibilités, suivre l’exemple de ces généreux donateurs et donner un avenir à des enfants qui, autrement, n’auraient aucune chance dans la vie ? Il y a plusieurs façons de nous soutenir. Contactez-nous : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

16 juillet 2017

Notre nouvelle page d'accueil est mise en ligne.

Les photos sont de Cherylyn Vanzuela et Andreas Koschate.

Le concept est de Nadia Saadi et Gabriele Riedel.

Les textes sont de Nadia Saadi.